Les invités savourent leur repas dans une atmosphère détendue

L'équipe du centre Open Heart

Le menu: émincé de veau à la zurichoise

La décoration à l'entrée

Open Heart : un nom et un concept

Nous sommes le samedi 5 décembre 2020, il fait à peine plus de 0°C, le vent souffle et il pleut légèrement. Pas un soir à passer dehors. C’est pourtant une réalité pour beaucoup de personnes en détresse. L’Open Heart ne se contente pas d’ouvrir ses portes à ces personnes. Ils les accueillent à bras ouverts et les convient ce soir à un repas de Noël.

À notre arrivée à l’Open Heart, il règne une certaine frénésie. La salle de séjour est décorée de manière festive et invite à s’y attarder. En cuisine, l’équipe de l’Open Heart secondée d’aides bénévoles s’emploient assidument à préparer le menu de Noël. Les broccoli et les carottes sont coupés, la viande est rôtie et les spätzli sont confectionnés à la main. « Cela procure une joie immense, lorsque l’on sait pour qui on fait cela », explique en souriant Becky Kupferschmid, l’épouse de Pjtsch Kupferschmid (Directeur de l’Open Heart), en raclant la pâte à spätzli à travers la passoire.

«Être simplement humain !»

Les invités arrivent peu à peu et s’installent dans la salle de séjour. L’atmosphère est détendue. Tous se réjouissent de la soirée à venir. Certains s’amusent en jouant au babyfoot, d’autres sont plongés dans des discussions. Peu après 17 heures, la salle est bien remplie. La foule des convives est bigarrée. Pjtsch salue les invités et leur souhaite une belle et agréable soirée.

« L’Open Heart doit être un lieu où les personnes vivant dans la rue se sentent à l’aise. Ma devise pour l’Open Heart : être simplement humain. Pas seulement pour se sentir à l’aise, le bien-être physique n’est pas en reste. Que ce soit en mangeant dans notre salle ou lors des distributions de nourriture dans la rue, personne ne doit avoir faim. L’Open Heart s’engage entièrement selon la devise de l’Armée du Salut : ’Soupe – savon – salut’ » Pjtsch Kupferschmid, Directeur du Centre de rencontre « Open Heart »

Ce soir-là, nos invités peuvent se laisser choyer. Aujourd’hui, il s’agit de satisfaire leur bien-être physique. Ce qui est loin d’être une évidence pour les personnes présentes. Dehors, dans la rue, elles sont si peu considérées. Pjtsch de rajouter : « Tout au long de l’année, nous faisons de notre mieux pour vivre la convivialité. Pas uniquement ici à l’Open Heart, mais aussi quand nous sommes dans la rue. J’ai été surpris de constater que beaucoup des personnes que nous avions invitées dans la rue ont répondu présent. C’est pour nous, un signe de la nécessité de nos engagements dans la rue.»

Le repas est servi. Une évidence pour l’équipe de l’Open Heart et un petit geste d’estime pour les invités. La vie des hôtes étant d’ordinaire marquée par la privation, ils apprécient cette attention. « J’aime bien me rendre à l’Open Heart. Je me sens toujours le bienvenu et je trouve toujours quelqu’un pour m’écouter et pour partager mes soucis » me raconte l’un des hôtes. En participant aux nombreuses discussions ce soir-là, il devient évident pour moi que les personnes présentes connaissent de nombreuses privations. Et, malgré tout, la plupart d’entre elles ont gardé leur joie de vivre. Ce soir, rires et blagues ont eu leur place.

Une soirée en tous points réussie

L’équipe (de g. à dr.) : Daniel, Vreni, Hanna, Becky, Pjtsch, Jeannette

Notre visite à l’Open Heart se termine lentement. Les invités, l’équipe de l’Open Heart et les aides bénévoles continuent à faire la fête et apprécient leur soirée. Pjtsch conclut ainsi : « Ce fut une soirée réussie avec beaucoup d’invités de bonne humeur. Malgré la fatigue, mon équipe et moi-même avons eu beaucoup de plaisir à organiser cette soirée. L’un de nos hôtes a même trouvé qu’il avait si bien mangé qu’il n’avait maintenant même plus envie de sa bière. Je pense que pour nous tous ce sera une soirée inoubliable ; l’une des fêtes de Noël les plus folles de tous les temps. »

Nous vous remercions de tout cœur d’avoir pu partager cette soirée avec vous à l’Open Heart.

Vous trouverez d’autres activités de Noël de l’Armée du Salut en cliquant ici.

Show 0 Commentaires

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

    Ce site est protégé par reCAPTCHA et le GooglePolitique de confidentialité etConditions d'utilisation appliquer.

    This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Soutenir

Avec votre soutien, vous nous aidez à donner de la chaleur aux personnes seules.

Don de Noël

Votre don permettra aux personnes seules de passer un Noël convivial avec un délicieux repas à trois plats. Merci beaucoup !

Plus d'articles

Lire d'autres articles sur le thème de la solitude

Mahlzeiten der Solidarität

  ––  Solitude

Des repas qui ont de l’impact : les « Repas de la Solidarité » à Vevey

Communion, responsabilité, amitié et épanouissement : tout cela aide à lutter contre le sentiment de solitude. Dans ce récit, il est question d’une bonne raison de se lever le matin, d’engagement, des heureux hasards et des enseignements importants que nous tirons de la vie. Depuis la pandémie de COVID-19, Eduarda travaille à titre bénévole. Aujourd’hui, elle sait qu’il n’y a que peu de choses qui apportent autant de satisfaction.

das gemeinsame Mahl

  ––  Solitude

StandByMe: Manger ensemble, ça rassemble !

Manger est une activité centrale dans notre vie. Notre corps nous fait quotidiennement sentir qu’il a besoin de nourriture. Mais suffit-il à l’être humain de simplement absorber de la nourriture ? Y a-t-il une différence entre le fait de manger un sandwich debout, lors d’une brève pause de midi entre deux rendez-vous, et le fait de prendre son repas de midi avec d’autres collègues de travail ? Cette dernière option ne serait-elle pas plus saine ? Qu’est-ce qui fait de nous un être plus satisfait et moins seul ? Nous avons voulu le savoir plus précisément et nous sommes penchés sur quelques études. La question centrale étant toujours : le fait de manger ensemble peut-il contribuer à rompre la solitude ? Découvre-le toi-même !

Celine FPanikattacken und Depressionen

  ––  Solitude

StandByMe: La maladie m’a isolée

Depuis l’école secondaire, Celine Fankhauser souffre de dépressions et d’attaques de panique. Pour soulager ses angoisses et pour cacher ses souffrances aux autres, elle s’est toujours plus isolée. Elle a tout juste réussi ses examens de fin d’apprentissage. Elle a cependant raté son entrée dans la vie active. Les deux années qui suivirent furent marquées par le désespoir. Ce n’est qu’avec l’aide de travailPLUS qu’elle a repris courage et qu’elle a trouvé son premier emploi sur le marché du travail.