Christine dans leur chambre au Lorrainehof

Un départ difficile dans la vie

Une nouvelle étape de vie

Après sa fuite, Elisabeth est retournée en Suisse. Presque pas de famille, pas de contacts sociaux, une culture inconnue : elle ne se sentait pas à l’aise ici. Jeune et de nature heureuse, elle a mis les voiles et a trouvé son bonheur outre-mer. Elle a fondé une famille et elle a pleinement vécu sa vie. Après de nombreuses années, une coupure abrupte a mis un terme à cette période de vie. Ne possédant que le passeport suisse, elle a été obligée de retourner en Suisse. Coupée de sa famille, confrontée à une forme de société qui lui était étrangère et à un tout autre style de vie, la solitude a frappé sa vie pour la deuxième fois et ne l’a plus quittée.

Dans toutes les difficultés rencontrées tout au long de sa vie, Christine a toujours pu compter sur sa famille. La maladie de sa mère l’a fortement affectée. Un jour, le corps de Christine a lâché. Elle s’est effondrée en pleine rue et n’a plus réussi à se relever. Elle ne sait même plus comment elle est revenue chez elle. À partir de ce moment, sa vie a été différente. Elle n’a plus été en mesure de gérer sa vie. Puis sa mère est décédée. Une lourde perte pour la famille. Christine a sombré dans une profonde dépression. Elle n’a plus voulu rencontrer personne et s’est fait des reproches sur son vécu. De nouveau, elle a réussi à surmonter cette période difficile grâce au soutien de ses frères et sœurs et de son père.

La vie au Foyer « Lorrainehof »

L’arrivée au Lorrainehof a été compliquée pour Elisabeth et Christine. Toutes deux ont certes rapidement nouer contact avec les collaborateurs, mais pas vraiment avec les autres résidents. Pour Elisabeth, le contact régulier avec ses enfants et ses petits-enfants lui manque cruellement. En raison du décalage horaire, il n’est pas toujours possible de téléphoner et les frais de voyage élevés empêchent les visites. Et, par ailleurs, elle ne s’est pas encore vraiment bien acclimatée à la Suisse.
« La société m’étant étrangère ici, je suis de nouveau isolée. »

Pour Christine aussi, il est pratiquement impossible de nouer des amitiés avec les résidentes et les résidents. À son arrivée au Lorrainehof, elle avait espéré trouver quelqu’un qui l’accompagnerait pour aller prendre un café ensemble. Mais chez certains des résidents, les douleurs et les problèmes qui les accablent sont trop lourds. Christine tire beaucoup de force des échanges quotidiens avec sa famille ainsi que de l’amour et du soutien qu’elle reçoit. Elle dit
« Il y a eu des périodes, où j’avais beaucoup de peine à supporter la solitude. »

« Dieu nous donne la force de continuer. »

Show 0 Commentaires

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

    Ce site est protégé par reCAPTCHA et le GooglePolitique de confidentialité etConditions d'utilisation appliquer.

    This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

L’établissement médico-social Lorrainehof

Un chez-soi quand l’autonomie n’est plus possible.

La vie au Foyer Lorrainehof

De nombreux résidents et résidentes au Foyer « Lorrainehof » ont un lourd passé à porter. Certains d’entre eux se replient sur eux-mêmes par honte de leur incapacité à se débrouiller par eux-mêmes ou ne supportent pas la confrontation avec les souffrances des autres résidents.

Pour en savoir plus

Plus d'articles au sujet

Lisez d'autres articles au thème de la solitude.

Mahlzeiten der Solidarität

  ––  Solitude

Des repas qui ont de l’impact : les « Repas de la Solidarité » à Vevey

Communion, responsabilité, amitié et épanouissement : tout cela aide à lutter contre le sentiment de solitude. Dans ce récit, il est question d’une bonne raison de se lever le matin, d’engagement, des heureux hasards et des enseignements importants que nous tirons de la vie. Depuis la pandémie de COVID-19, Eduarda travaille à titre bénévole. Aujourd’hui, elle sait qu’il n’y a que peu de choses qui apportent autant de satisfaction.

das gemeinsame Mahl

  ––  Solitude

StandByMe: Manger ensemble, ça rassemble !

Manger est une activité centrale dans notre vie. Notre corps nous fait quotidiennement sentir qu’il a besoin de nourriture. Mais suffit-il à l’être humain de simplement absorber de la nourriture ? Y a-t-il une différence entre le fait de manger un sandwich debout, lors d’une brève pause de midi entre deux rendez-vous, et le fait de prendre son repas de midi avec d’autres collègues de travail ? Cette dernière option ne serait-elle pas plus saine ? Qu’est-ce qui fait de nous un être plus satisfait et moins seul ? Nous avons voulu le savoir plus précisément et nous sommes penchés sur quelques études. La question centrale étant toujours : le fait de manger ensemble peut-il contribuer à rompre la solitude ? Découvre-le toi-même !

Celine FPanikattacken und Depressionen

  ––  Solitude

StandByMe: La maladie m’a isolée

Depuis l’école secondaire, Celine Fankhauser souffre de dépressions et d’attaques de panique. Pour soulager ses angoisses et pour cacher ses souffrances aux autres, elle s’est toujours plus isolée. Elle a tout juste réussi ses examens de fin d’apprentissage. Elle a cependant raté son entrée dans la vie active. Les deux années qui suivirent furent marquées par le désespoir. Ce n’est qu’avec l’aide de travailPLUS qu’elle a repris courage et qu’elle a trouvé son premier emploi sur le marché du travail.

Helfen macht glücklich

  ––  Solitude

Accepter de l’aide : pourquoi est-ce souvent si difficile ?

Aider rend heureux. Beaucoup de personnes ont néanmoins de la peine à accepter de l’aide, et encore plus d’en demander. À quoi cela tient-il ? Que craignons-nous ? Pour beaucoup de personnes, si elles acceptent de l’aide, elles craignent de paraître faibles et vulnérables. C’est avant tout chez les personnes en détresse ou chez les personnes disposant de peu de ressources que ce trait de caractère apparaît de manière marquée. Que cache ce comportement et quelles stratégies aident à mieux accepter l’aide ?

Junge Frau (Cynthia) sitzt allein im Garten

  ––  Solitude

Je sais qu’il y a toujours quelqu’un à mes côtés

Cynthia (20 ans) n’a pas eu de véritable chez-soi depuis son enfance et se sentait souvent seule. À l’Armée du Salut, elle a enfin trouvé un chez-soi : « Depuis près d’une année, je vis désormais de manière autonome dans mon propre appartement. Je ne me sens cependant pas seule, bien au contraire. » Cynthia nous explique les raisons de ce changement.

Mut nie verloren

  ––  Solitude

Récit #StandByMe : Elle n’a jamais perdu courage

Sophie N.* (34 ans) a eu une vie difficile, marquée par la solitude et de nombreux coups du destin. Elle aurait souvent voulu pouvoir s’établir quelque part, mais les circonstances ou son entourage ont sans cesse empêché cela. Malgré toutes ces circonstances difficiles, Sophie n’a jamais perdu courage. Elle nous raconte son histoire personnellement ici !