Jeannette a fait ses premières expériences des drogues avec son frère.

« C’est chez mon frère que j’ai goûté pour la première fois à l’héroïne. Au début, je me contentais de « sniffer ». La drogue est rapidement devenue ma raison de vivre. Je ne pouvais plus travailler dans cet état alors j’ai démissionné. »

Enfer des drogues

Après ce premier contact avec les drogues, Jeannette ne s’intéressait à rien d’autre que celles-ci. Elle a essayé d’autres drogues. À partir de là, c’est aller de mal en pis pour Jeannette. Elle ne pouvait plus travailler et avait besoin d’argent pour se procurer des substances. Les dettes se sont accumulées. Le vol en était la conséquence.

Enceinte

Puis elle a fait la connaissance d’un homme. Comme elle se sentait très seule, elle a emménagé avec lui et s’est retrouvée enceinte. Pendant sa grossesse, elle n’a consommé aucune drogue parce qu’elle voulait mettre au monde un enfant sain. Peu avant Noël, un adorable garçon a vu le jour. À ce moment, elle était heureuse. À peine rentrée chez elle, elle était de nouveau seule et souffrait de solitude. Une nouvelle fois, elle a cherché la consolation dans la drogue. Une amie lui a administré ce jour-là son premier shoot. À partir de ce moment, Jeannette n’a fait que de se shooter.

La première cure de désintoxication de Jeannette

« À 23 ans, j’ai fait une cure de désintoxication. C’était atroce. Je ne pouvais pas prendre mon fils avec moi dans la clinique de désintoxication. Il a été placé dans un foyer pour enfants de l’Armée du Salut. Je me sentais seule et misérable comme jamais auparavant. Le séjour était OK, mais les règles de la maison étaient très strictes. Ainsi, je n’avais pas le droit de voir mon petit. Il me manquait terriblement. Après cinq semaines passées à la clinique, je ne supportais plus cela. »

Fuite

Alors Jeannette s’est enfuie de la clinique en pleine nuit et a tenté de rejoindre la prochaine localité en faisant de l’auto-stop. Malheureusement, elle est tombée sur quelqu’un qui, comme elle, consommait des drogues. Chez lui, une fête de haschisch battait son plein. Jeannette est très vite retombée dans ses anciennes habitudes. Ce qui lui restait, c’était la visite hebdomadaire au foyer pour enfants. Pour Jeannette, ces samedis étaient les plus beaux jours de la semaine !

Un premier tournant

Entièrement livrée à elle-même, Jeannette a voulu quitter la ville, de nouveau en faisant de l’auto-stop. Cette fois-ci, elle a eu plus de chance. L’homme qui l’a prise en stop était en fait un officier de l’Armée du Salut. Sa famille l’a accueillie avec amour. Ils étaient décidés à la libérer des drogues et lui ont demandé si elle serait prête à aller chez une famille salutiste dans les montagnes. Jeannette était d’accord.

Que puis-je faire ?

#StandByMe jette un pont entre les personnes touchées et celles qui aident. Nous avons besoin de vous pour cela. Même un don modeste peut avoir beaucoup d’effet. Nous verrons l’impact que nous arriverons à avoir. Prenez contact avec nous afin de nous communiquer vos idées. Car sans les autres, nous ne sommes rien.

En savior plus
Show 0 Commentaires

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

    Ce site est protégé par reCAPTCHA et le GooglePolitique de confidentialité etConditions d'utilisation appliquer.

    This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.