Depuis la pandémie de COVID-19, Eduarda travaille à titre bénévole.

C’est un samedi matin que nous rencontrons Eduarda au Poste de l’Armée du Salut de Vevey, sur la rive nord du lac Léman, pour discuter. Eduarda est arrivée en Suisse du Portugal pour travailler, peu avant le début de la pandémie. Mère célibataire d’une fille qui étudie au Portugal et ne pouvant compter que sur elle-même, elle a beaucoup d’obligations et énormément de responsabilités. Elle travaille beaucoup et essaie de se débrouiller dans un pays étranger. Sans famille, sans amis et sans beaucoup d’appui. Pour Eduarda, son arrivée en Suisse a été une période difficile marquée par la solitude.

Une période difficile marquée par la solitude

Environ deux mois après son arrivée, elle a fait la connaissance d’Andrew et de Luisa, les deux officiers salutistes du Poste de Vevey, au tea-room où elle travaillait. Tous deux ont été très touchés par son histoire et ont immédiatement été prêts à l’aider. Ils lui parlèrent de l’Armée du Salut.

Du temps pour me poser des questions sur le sens de mon existence.

Pendant la première vague de la pandémie, elle pu établir une relation avec l’Armée du Salut grâce aux cultes. Pendant la deuxième vague, en raison de l’interdiction de travailler, elle s’est retrouvée soudainement avec beaucoup de temps libre. Du temps pour se poser des questions sur le sens de son existence et pour se rendre plus souvent aux cultes de l’Armée du Salut. C’est ainsi qu’elle s’y rendait presque chaque dimanche. Puis, pendant le confinement, les cultes n’ont pas eu lieu. Lorsqu’ils ont repris, Eduarda est aussi revenue.

D’étrangère à une partie de la famille

Désormais, elle se rendait aussi aux « Repas de la Solidarité ». Au début, elle avait peur que les autres la voie comme une « étrangère ». Non pas parce que ce n’était pas sa place, mais parce qu’elle était « nouvelle » dans la famille de l’Armée du Salut. Et pourtant, lors des repas solidaires, les gens étaient très ouverts et parlaient avec elle. « Je me suis vraiment sentie la bienvenue. Cela a renforcé mon lien à la communauté », explique Eduarda. Et ses craintes ainsi que la solitude se sont envolées pour faire place à des choses nouvelles et des amitiés.

Partager un repas crée des liens.

Des repas qui ont de l’impact : les « Repas de la solidarité » à Vevey

Pour participer : Repas de la Solidarité.

Des repas qui ont de l’impact : Rencontrer d’autres personnes de la région et faire du bien.

De l’amitié au lieu de la solitude

« Entre-temps, un lien d’amitié s’est formé entre Luisa, l’officière de l’Armée du Salut, et moi », confie-t-elle, heureuse. « Elle est ma famille d’accueil ici en Suisse. Car lorsque l’on est seul dans la vie, on ressent souvent de la solitude et de la tristesse. Lors des jours fériés comme Noël, Pâques ou Pentecôte, nous sommes ensemble. Ces moments sont très importants pour moi. » Elle poursuit : elle est reconnaissante, pour tous ces moments et ces hasards dans sa vie, les gens qui l’entourent, sa foi et aussi pour la beauté des étoiles dans le ciel.

C’est lors d’une discussion sur les Repas de la Solidarité qu’Eduarda a eu l’idée de s’engager comme bénévole. « Il était temps de faire quelque chose pour les autres. » C’est ainsi qu’elle s’est proposée comme bénévole pour les repas solidaires. Depuis, elle est sur place presque chaque week-end. Elle aide à l’accueil, à la préparation ou au service. Cela lui plaît beaucoup de rencontrer de nouvelles personnes, de vivre de la gratitude et d’apprendre des choses nouvelles.

Un repas qui a de l’impact !

« Les “ Repas de la Solidarité ” sont une bonne chose pour lutter contre la solitude ! L’aspect le plus marquant est que les gens font à nouveau l’expérience de l’humanité, simplement de personne à personne, ainsi que de l’attention et de l’empathie. Car après peu de temps déjà, des liens aux autres sont noués. Et c’est ainsi que l’on rencontre, comme moi, alors des gens qui peuvent nous aider, par hasard. Et parce qu’il y a d’autres personnes autour de nous, il existe aussi la possibilité qu’elles nous aident à sortir de la solitude. J’amène des personnes aux “ Repas de la Solidarité ” et je leur dis qu’elles peuvent aussi contribuer à quelque chose, par exemple en offrant un repas pour d’autres personnes. »

Les « Repas de la Solidarité » à Vevey

C’est comme ça que sonne la solidarité à Vevey : « Rencontrer d’autres personnes de la région, faire du bien, discuter un peu et simplement vouloir s’aider les uns les autres. » À l’origine du projet intitulé « Un repas qui a de l’impact », on trouve le Poste de l’Armée du Salut Suisse de Vevey. Il y a quelques temps, l’équipe de l’officier Andrew Hofer a mis sur pied une offre pleine d’impact avec les « Repas de la Solidarité ». L’idée est d’offrir un repas chaud chaque samedi midi pour tous à la paroisse. Pour les personnes sans abri et d’autres personnes dans le besoin ainsi que pour toutes celles et ceux qui le souhaitent et qui le veulent. Et comme on le voit avec le récit d’Eduarda, c’est un repas avec de l’impact ! Et une visite à Vevey en vaut la peine de toute façon.

« Lorsque l’on veut, on trouve toujours un petit moment dans sa journée ou sa semaine à consacrer à d’autres personnes. »

Des repas qui ont de l’impact.

Show 1 comment

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

    Ce site est protégé par reCAPTCHA et le GooglePolitique de confidentialité etConditions d'utilisation appliquer.

    This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

  • Daniele

    Bravo à toute l’équipe de bénévoles qui fait un travail extraordinaire à Vevey!

Recommander #StandByMe !

Si tu es aussi enthousiaste de #StandByMe que nous, alors ne le garde pas pour toi, mais parle-en au monde entier ou au moins à ceux qui te sont chers. Peut-être rejoindront-ils bientôt la communauté #StandByMe afin de rendre ensemble le monde un peu meilleur.

Recommander !

Continuer la lecture

Tu as aimé cet article ? En savoir plus sur le thème Soulager la solitude.

das gemeinsame Mahl

  ––  Solitude

StandByMe: Manger ensemble, ça rassemble !

Manger est une activité centrale dans notre vie. Notre corps nous fait quotidiennement sentir qu’il a besoin de nourriture. Mais suffit-il à l’être humain de simplement absorber de la nourriture ? Y a-t-il une différence entre le fait de manger un sandwich debout, lors d’une brève pause de midi entre deux rendez-vous, et le fait de prendre son repas de midi avec d’autres collègues de travail ? Cette dernière option ne serait-elle pas plus saine ? Qu’est-ce qui fait de nous un être plus satisfait et moins seul ? Nous avons voulu le savoir plus précisément et nous sommes penchés sur quelques études. La question centrale étant toujours : le fait de manger ensemble peut-il contribuer à rompre la solitude ? Découvre-le toi-même !

Celine FPanikattacken und Depressionen

  ––  Solitude

StandByMe: La maladie m’a isolée

Depuis l’école secondaire, Celine Fankhauser souffre de dépressions et d’attaques de panique. Pour soulager ses angoisses et pour cacher ses souffrances aux autres, elle s’est toujours plus isolée. Elle a tout juste réussi ses examens de fin d’apprentissage. Elle a cependant raté son entrée dans la vie active. Les deux années qui suivirent furent marquées par le désespoir. Ce n’est qu’avec l’aide de travailPLUS qu’elle a repris courage et qu’elle a trouvé son premier emploi sur le marché du travail.

Helfen macht glücklich

  ––  Solitude

Accepter de l’aide : pourquoi est-ce souvent si difficile ?

Aider rend heureux. Beaucoup de personnes ont néanmoins de la peine à accepter de l’aide, et encore plus d’en demander. À quoi cela tient-il ? Que craignons-nous ? Pour beaucoup de personnes, si elles acceptent de l’aide, elles craignent de paraître faibles et vulnérables. C’est avant tout chez les personnes en détresse ou chez les personnes disposant de peu de ressources que ce trait de caractère apparaît de manière marquée. Que cache ce comportement et quelles stratégies aident à mieux accepter l’aide ?