« Accepter d’être aidé en vaut la peine. Il ne sert à rien de s’en défendre ! »

« Je suis un Haribo », dit Res en riant : « Mon origine est un joyeux mélange ! » Après une enfance choyée en Irlande et en Allemagne, il a accompli une formation de technicien médical en Suisse. Avant de pouvoir se lancer dans le monde du travail en tant que spécialiste recherché, il a encore dû faire son école de recrues. Cela a tout changé : « Je suis resté durant six ans à l’armée. Bien trop longtemps ! », raconte-t-il avec un sourire, en ajoutant : « Mais cette période m’a profondément marqué. »

En tant que jeune adjudant en mission de paix

Sa formation de technicien médical a fait de Res un spécialiste recherché également pour l’armée. Il ne s’est donc pas contenté de faire l’école de recrues obligatoire : Res a encore suivi une formation d’adjudant. C’est à cette époque qu’il a entendu parler de la mission de paix de l’OTAN « Partnership for Peace » au Sahara Occidental, à laquelle l’armée suisse participait aussi. Lorsqu’on lui a demandé s’il voulait participer à cette mission, après un bref temps de réflexion, Res a accepté avec entrain, : « J’étais adjudant, j’avais le permis de conduire poids lourds et une formation de technicien médical. »

Le désert a été sa maison pendant deux ans et demi. Ça a été une période riche en enseignements, qui l’a marqué : « J’y ai noué des amitiés qui perdurent jusqu’à aujourd’hui. Et j’ai appris qu’il y avait une solution à chaque problème, même si elle est inconfortable et s’il faut savoir improviser. » Cet enseignement l’a aidé plus d’une fois à ne pas perdre espoir.

Une erreur lourde de conséquences

De retour en Suisse, Res a continué de travailler pendant quelques mois en tant que formateur auxiliaire à l’armée. Mais l’heure du changement était venue. Il a donné sa démission et a repris l’entreprise de transport d’un lointain parent. Dès ce moment-là, à la fois chef d’entreprise et chauffeur, il a parcouru les routes de l’Europe entière. « À l’époque, j’ai fait une erreur. J’ai investi mon argent dans deux autres affaires et on m’a arnaqué. Soudain, je me suis retrouvé criblé de dettes » Après avoir dû déclarer faillite, Res a été contraint de vendre son entreprise et a pu ainsi rembourser une partie de ses dettes.

Mais le pire restait encore à venir : pendant la procédure de faillite, des problèmes avec l’administration fiscale sont apparus. Res rapporte : « Ce fut tout simplement le coup de grâce. J’ai fini par m’en prendre physiquement au secrétaire fiscal à qui j’avais affaire. » Condamné pour insoumission et lésions corporelles, Res a passé trois mois et demi en prison.

Aide de l’Armée du Salut à un moment de détresse extrême

Res aide pour la distribution de nourriture

L’Armée du Salut n’a pas été la seule organisation à l’écoute de Res lorsque celui-ci était au fond du trou. Tous les vendredis soir, après la distribution de nourriture, il a rencontré un groupe de jeunes chrétiens au sous-sol du bâtiment de l’Armée du Salut. Ceux qui le désiraient pouvaient, après avoir fait la queue pour de la nourriture, se joindre à eux pour prendre une tasse de café bien au chaud. Les jeunes étaient très ouverts et accueillants vis-à-vis de ces gens – que ceux-ci souhaitent tout simplement prendre leur café au calme, trouver une oreille attentive à ce qu’ils vivaient et à leurs soucis, ou seulement un peu de réconfort. Res était tous les soirs de la partie et est devenu un membre permanent : « J’étais pour ainsi dire le grand-père du groupe », dit-il en riant.

C’est à peu près à cette époque que Res, par l’intermédiaire d’un copain, a rencontré deux compagnes animales : elles s’appellent Zora et Röteli, et sont deux chattes qui continuent à vivre chez lui jusqu’à aujourd’hui. Res raconte : « Un foyer sans mes deux chattes, c’était devenu inconcevable à mes yeux. C’est notamment à cause d’elles que les expulsions forcées de mes appartements ont été si difficiles. J’ai dû temporairement les remettre à un refuge pour animaux. L’une de mes connaissances a pris les frais à sa charge, faute de quoi j’aurais dû m’en séparer. Je ne l’aurais pas supporté ! »

De bénéficiaire à aide

Show 0 Commentaires

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site est protégé par reCAPTCHA et le GooglePolitique de confidentialité etConditions d'utilisation appliquer.

    This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Soutenir

Grâce à votre don, vous nous aidez à venir en aide aux personnes dans le besoin. Merci beaucoup !

Votre don

Grâce à votre don, nous soutenons des personnes en leur offrant de la nourriture, des oreilles attentives à leurs soucis et, si nécessaire, un lit pour la nuit.