Le programme de dons #StandByMe de l’Armée du Salut : un engagement contre la solitude et l’isolement social.

« L’une des principales questions dans la vie, c’est comment composer avec le sentiment de solitude, pense Mechthild. Les personnes âgées sont particulièrement vulnérables. Beaucoup ont perdu leur partenaire de vie. Elles n’ont pas de travail, pas de tâche fixe. Souvent, elles vivent seules. Et si aucun ami, enfant, petitenfant ou arrière-petit-enfant ne les appelle le week-end, elles peuvent ressentir un vide déchirant. » 

En outre, le sentiment de solitude est souvent associé à la honte. Parmi les personnes concernées, beaucoup n’osent pas en parler. En parallèle, l’autodétermination, la participation à la vie sociale et une qualité de vie bénéfique à la santé sont des besoins essentiels des personnes âgées (Ministère fédéral allemand de l’Éducation et de la Recherche (BMBF), 2021).

Un problème pas uniquement lié aux seniors 

Jusqu’à présent, les raisons pour lesquelles les jeunes personnes aussi sont si durement touchées par la solitude n’ont pas vraiment fait l’objet de recherches. Dans le contexte de l’évolution démographique, cependant, la question du nouveau rôle des personnes âgées dans notre société devient toujours plus pertinente. 

En raison des conséquences néfastes de la solitude sur la santé des personnes concernées (davantage de dépressions, une plus grande probabilité d’être placé dans un EMS, etc.), il s’agit d’un important sujet de santé publique. Une solitude chronique augmente le risque de développer des maladies psychiques ou physiques et a des répercussions négatives sur la participation à la vie sociale. 

La solitude, une caractéristique de la vieillesse.

La solitude mobilise le gouvernement

La GrandeBretagne a été le premier pays à réagir à un rapport publié en 2017 et à se pencher sur le sujet de la solitude. « La solitude est la triste réalité du monde moderne », déclarait alors la Première ministre Theresa May pour justifier sa décision de créer le poste de « ministre de la Solitude » et expliquer la mobilisation gouvernementale sur ce sujet. « Les seniors et les personnes dépendantes n’ont personne à qui parler ou avec qui partager leurs réflexions et leur vécu. » Une étude a révélé qu’en GrandeBretagne, environ 200 000 seniors ne discutent qu’une fois par mois avec un ami ou un proche (CroixRouge britannique, 2017). 

Pandémie de COVID-19

Pendant la pandémie de COVID-19, la solitude a pris de l’ampleur dans tous les groupes d’âge et dans tous les pays. Au Japon, par exemple, en 2020, les cas de suicide chez les femmes ont augmenté de 70 % par rapport aux chiffres des onze années précédentes. Làbas, toujours plus de femmes seules vivent en étant isolées. En février 2021, le Japon a donc nommé un ministre de la Solitude. En Allemagne aussi, le Kompetenznetz Einsamkeit (réseau de compétences en matière de solitude) s’est mis au travail en février de cette année. 

Dans l’objectif de lutter contre la solitude, ces nouveaux ministères et centres de compétences souhaitent élaborer des stratégies et prendre des mesures afin de prévenir la solitude et l’isolement social. 

Situation en Suisse 

Selon les données publiées sur le site Internet de l’Office fédéral de la statistique (OFS) à propos du sentiment de solitude dans la population, « en Suisse, en 2017, 38 % de la population âgée de 15 ans ou plus se sent seule. La population non issue de la migration se sent moins seule (35 %) que la population issue de la migration de 2e génération (42 %) et de 1re génération (46 %). » 

« L’isolement social et affectif est répandu chez les personnes âgées : en Suisse, 160 000 personnes âgées de plus de 62 ans souffrent de solitude. » (Pro Senectute, 2022) L’Institut suisse de recherche sur la santé publique et les addictions (Schweizer Institut für Sucht- und Gesundheitsforschung) lance actuellement des projets pilotes visant à promouvoir les ressources de santé des personnes âgées de 65 ans ou plus. Motiver ces personnes et les encourager à participer à la vie sociale doit permettre de lutter contre la solitude et de fournir encore davantage de résultats. 

L’autodétermination, la participation à la vie sociale et une qualité de vie bénéfique à la santé sont des besoins essentiels des personnes âgées.

Étude longitudinale sur le vieillissement

Les données issues de TamELSA (Tampere Longitudinal Study on Aging), une étude prospective longitudinale basée sur la population à Tampere, en Finlande, qui a débuté en 1979 dans le cadre d’une étude plus large de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) portant sur le système de santé dans onze pays, ont permis de mieux comprendre les causes de la solitude chez les personnes âgées. Sur une période de 28 ans, les chercheurs ont examiné si une modification de certains facteurs associés à la solitude menait aussi à une plus forte probabilité de se retrouver isolé.

  • L’étude TamELSA a confirmé l’hypothèse selon laquelle la perte de ressources sociales et personnelles, et non un réseau peu développé ou une mauvaise santé, augmentait la probabilité de se sentir isolé. « Cela correspond à l’idée que le sentiment de solitude résulte d’une évaluation subjective du décalage entre les relations que l’on souhaite avoir et celles que l’on a effectivement ou que l’on a perdues », affirment les chercheurs.
  • L’étude suggère en outre que la perte de ressources psychiques, comme une détérioration de la santé psychique, accroît aussi fortement la probabilité de souffrir de solitude. Conformément à l’étude de Fry et Debats (2002), les chercheurs ont découvert qu’une diminution des ressources psychiques personnelles était un facteur prédictif de solitude plus déterminant encore qu’une diminution des ressources sociales.
  • L’effet combiné de l’humeur, du sentiment d’inutilité, de l’irritabilité et de la nervosité compte pour seulement 17 % dans la probabilité de souffrir de solitude.
  • Enfin, il semble qu’une diminution des activités sociales renforce aussi le sentiment de solitude. « Ce sentiment de solitude accru peut résulter d’une incapacité à remplacer les activités abandonnées par de nouvelles, ce qui diminue le sentiment de bienêtre, qui est étroitement lié au sentiment de solitude (p. ex. Fees et al. 1999) », font observer les chercheurs.

Par ailleurs, les différences liées au sexe ont également été examinées. Selon les scientifiques, ces différences s’expliquent par des « inégalités vis-à-vis des facteurs de risque ». Par exemple, les femmes deviennent plus souvent veuves.

Cette étude jette un nouvel éclairage sur l’importance relative des ressources sociales et psychologiques en ce qui concerne la prévention de l’isolement chez les personnes âgées et permet de conclure que « les relations, et la qualité de cellesci, constituent le principal facteur de protection contre la solitude, et ce, peu importe l’âge ».

« C’est la raison pour laquelle les mesures permettant d’améliorer la qualité des relations ou de nouer de nouveaux contacts sociaux étroits sont généralement d’un grand secours », déclare Huxhold, chercheur en vieillissement. « Cependant, la solitude à un âge avancé dépend aussi souvent des possibilités déclinantes d’entrer en contact avec les autres », poursuit le chercheur, qui considère comme pertinentes les offres permettant aux personnes âgées de nouer des contacts afin de prévenir la solitude (Deutsches Ärzteblatt, 26/2022).

Pas encore membre #StandByMe ? 

Est-ce que cet article t’a plu ? Aimerais-tu en apprendre plus sur la solitude ou peut-être même soutenir notre programme de dons #StandByMe ? Dans ce cas, va jeter un œil sur notre site Internet #StandByMe. Tu y trouveras toutes les informations sur la manière dont tu peux nous aider à rompre la solitude.

En apprendre plus !

Conclusion

La solitude chronique porte atteinte à l’estime de soi et réduit les compétences sociales. Les personnes âgées ayant souffert de solitude pendant une longue période ont besoin d’aide. 

Aider à promouvoir l’inclusion et la participation à la vie sociale

À l’Armée du Salut, nous connaissons la problématique de la solitude et de l’isolement social. Avec #StandByMe, notre programme de soutien, nous souhaitons mettre en lumière le thème de la solitude et rompre l’isolement des personnes touchées. Nous sommes heureux que tu nous accompagnes dans cette démarche. Merci pour ton temps et ton engagement !

Sources :

Deutsches Ärzteblatt, Deutscher Ärzteverlag, https://www.aerzteblatt.de/archiv/226032/Einsamkeit-und-soziale-Isolation-Auf-der-Suche-nach-Evidenz

Office fédéral de la statistique (OFS), https://www.bfs.admin.ch/bfs/fr/home/statistiques/population/migration-integration/indicateurs-integration/indicateurs/sentiment-solitude.html

Pro Senectute, https://www.prosenectute.ch/fr/services/publications/etudes/Accompagnement-%C3%A0-domicile.html

Étude TamELSA, Onset of loneliness in older adults: results of a 28 year prospective study, Marja Aartsen, Marja Jylhä,  https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3047676/

Show 0 Commentaires

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site est protégé par reCAPTCHA et le GooglePolitique de confidentialité etConditions d'utilisation appliquer.

    This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.